Pierre Barrois

Depuis deux ans, à l’Orchestre Français des Jeunes, qui pourrait prochainement adopter une charte éco-responsable, nous avons mis en place des dispositions qui permettent de réduire l’empreinte carbone et le gaspillage : gobelets individuels personnalisables pour chacun des musiciens et pour l’équipe à la place des gobelets jetables et des bouteilles en plastique, approvisionnement des déjeuners auprès de traiteurs locaux qui fournissent aussi de la vaisselle recyclable. Concernant les transports, nous ne remboursons plus les billets d’avion des candidats pour les vols intérieurs à la France. En tournée, nous faisons en train tout ce qui est possible et réaliste de faire avec un groupe de 110 personnes très chargées, ce qui signifie que nous évitons les changements trop nombreux. A tous les niveaux, nous rencontrons des difficultés pour trouver des acteurs/fournisseurs/producteurs capables de répondre à nos besoins : traiteurs et restaurants bios adaptés à des grands groupes, lieux d’hébergement labellisés HQE, trains de nuit… Les choses bougent, mais lentement. Nous sensibilisons aussi, par ces actions, et bientôt par des interventions, les jeunes musiciens à ces questions auxquelles ils sont très réceptifs, voire très volontaires. Il y a donc bon espoir pour que les musiciens qui vont entrer dans le métier ces prochaines années soient un moteur du changement profond nécessaire.