Nos engagements 

- Diminuer drastiquement les transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre (avion, véhicules à moteur thermique), et utiliser l’avion seulement si le projet le justifie pleinement : pas d’alternative réaliste en train, plusieurs concerts sur place, participation locale à des actions d’éducation et de transmission vers des publics éloignés des salles de concert...

- favoriser le développement de projets de proximité impliquant davantage d’échanges sur le long terme et avec différents publics

- sensibiliser les collègues, les élèves, les publics et les institutions et favoriser les échanges autour des thématiques sociales et environnementales
-
faire preuve de solidarité avec les plus précaires de nos collègues

Pour les organisations :


- inciter les chef∙fe∙s et solistes à adopter des moyens de transport écoresponsables, en ajoutant le cas échéant une clause financière dans le contrat, et réduire / limiter le nombre d'artistes invités utilisant les transports les plus émetteurs de gaz à effet de serre

- éviter les transports d’instruments et de matériel que l’on peut trouver sur place
-
repenser la logistique des répétitions et tournées en privilégiant les fournisseurs les plus éco- responsables (caterings locaux et sans emballages, objets recyclables, hôtellerie HQE...)

- mettre en place une politique de réduction de l’impact environnemental de l’organisation (charte)

- contribuer à plus de justice sociale dans le monde musical, notamment en pesant sur les institutions et les pouvoirs publics

Pour celles et ceux qui veulent aller plus loin (à compléter et à enrichir) :

- compenser son empreinte carbone par des dons à des organisations spécialisées

- afficher son engagement environnemental, notamment auprès des fournisseurs, pour les inciter à des pratiques plus vertueuses

- ne pas hésiter à prendre la parole pour évoquer ses choix de vie et se faire le relais d’informations ou d’initiatives

mettre en place une politique d’encouragement du public à employer les transports propres (remplacer les parkings de voiture par des parkings à vélos, inciter –éventuellement financièrement– à prendre les transports en commun, mettre en place des navettes après avoir enquêté sur les origines géographiques du public)
-
soumettre les financements publics à des critères écologiques et sociaux, en particulier pour les tournées, peut-être sous la forme d’une charte qui prennent en compte les différents aspects de la tournée (durée, nombre de concerts, possibilité de voyager propre, impact local…)

- réduire l’empreinte environnementale de l’activité administrative en travaillant (liste non limitative) sur le bâtiment (isolation, chauffage, climatisation, éclairage…), sur les consommables (recyclage du papier, réduction de la quantité d’objets de marketing et fabrication en matériaux écologiques…), sur le matériel (réparer plutôt que remplacer les ordinateurs, les smartphones, les imprimantes, etc.), sur l’utilisation des outils numériques (alléger les emails et réduire le nombre de destinataires, limiter les requêtes sur internet…)

- préférer les mécènes dont l'engagement écologique est clair et cohérent