se déplacer 

"La question des déplacements des artistes est essentielle et est un enjeu important. C'est un défi auquel chacun doit réfléchir afin de proposer les meilleures solutions pour allier activité professionnelle et respect de l'environnement. Le développement d'une activité plus locale serait une bonne piste, mais elle ne sera viable que si elle est soutenue par les différents acteurs culturels du territoire.

Matthieu Jolivet

"Je ne prends pas l’avion sauf pour un projet où le train est impossible et où quelqu’un d’autre sera emmené à ma place si je refuse. Je n’ai pas de voiture et j’encourage les personnes de mon entourage à prendre les mêmes mesures

Laure Zaugg

"Depuis deux ans je mise sur l'énergie solaire pour effectuer des prises de sons de concerts "propres" en toute autonomie, avec du matériel allégé et moins encombrant, permettant même des déplacements à vélo au niveau local.

Joseph Peschon

"Ne jamais être en voiture seule, et être en voiture le moins possible tout court (transports en commun, vélo, et si nécessaire covoiturage) 

Anne Muller

"[...] Je ne peux plus avoir ce réflexe de dire oui à un projet qui implique que je prenne l’avion. Je dis « je ne peux pas arriver avant telle heure avec mon train » et si ce n’est pas possible de s’adapter à cela et bien tant pis. Je ferai autre chose, je lirai un livre ! "

Nicolas Simon

"Nous refusons l'avion quand la possibilité du train existe. Nous tentons d'organiser le maximum de concerts sur place pour limiter les déplacements. À titre personnel, je pense à une relocalisation des musiciens avec un investissement plus important dans les régions et moins de déplacements internationaux.

Quatuor Zaïde - Charlotte Maclet

"J’ai abordé avec la Direction de mon orchestre la question de l'écologie (notamment après une tournée lointaine l'an dernier, inintéressante artistiquement selon de nombreux musiciens et désastreuse du point de vue du bilan carbone, bilan carbone calculé le plus fidèlement possible par un musicien et qui, vous vous en doutez, n'a pas manqué de faire réagir, notamment par exemple le syndicat, sans doute par crainte de voir l'activité de l'orchestre réduite avec cet argument). La Direction, de son côté n'a pas semblé vouloir se positionner en tant que pionnière en ce domaine dans un premier temps, avant de désormais faire de cette cause écologique un argument pour justifier des décisions semblant avoir peu de lien... soit exactement ce que craignait le syndicat... désespérant...
A titre personnel, j'ai réalisé une carte isotrope permettant de visualiser la "distance calculée en heures de train" depuis notre ville de départ, ce qui je pense permet de donner une certaine idée de parcours de tournée à mettre en place peut-être dans le futur ? Et j'essaye de relancer le sujet régulièrement, histoire qu'il entre dans l'esprit collectif..."

Un musicien d'orchestre

"Trop souvent amené à voyager loin pour de très courtes tournées, je me rends compte que cette manière de faire n’est pas viable. Je remarque aussi souvent que les caterings sont source de nombreux déchets, la nourriture est industrielle et personne n’a l’air de se soucier des saisons...

Peut être qu’une « charte » des salles de concerts, orchestres, ensembles sur la manière de se transporter, de se nourrir en tournée pourrait être signée, avec un label à la clé…"

Rémi Delangle